musique PAULITEIROS DE CONSTANTIM La Fête des Garçons 2009 | slideshow CARNAVAL DE PODENCE & CHRISTOPHER SPELMAN "Sola perdutta abbandonata"

PHOTOGRAPHIE

LA FÊTE DES GARÇONS

La Fête des Garçons: Carnaval d'Hiver

 

Noël est passé! Du 27 au 28 décembre eut lieu une nuit de folie en l’honneur de Saint Jean l’Evangéliste, Saint patron du village. Les garçons, avides de franche rigolade, décrétèrent le jour de la Saint Jean, autour d’un gigantesque feu de bois, encore incandescent au cœur du village...

 

LA FÊTE DES GARÇONS

Constantim, Miranda do Douro

Constantim, Miranda do Douro

décembre 2006

 

Comme convenu, aux aurores après le lever du jour, ils enfilèrent le costume de diable avec un masque en cuir, un chapelet de bobines de fil vides autour du cou et une énorme fourchette en bois qui servira à attraper les saucisses ou bien pour faire trébucher les filles du village. Se joignent à eux les vieux joueurs de cornemuse, joueurs de tambour et de "fraita" (flute des bergers, taillée dans le bois) et les danseurs avec leurs chapeaux ornés de roses: on les appelle les «Pauliteiros» (danseurs en tenue folklorique munis de bâtonnets avec lesquels ils dansent et jouent au rythme de la musique) de Constantim, les plus célèbres étant ceux de Miranda do Douro.

 

Désireux pour l'extension de la fête, il passe par toutes les maisons, une par une: il mange et boire, danser à chaque demande et exhale la luxure de l’«Carocho» (diable) sur les filles vierges de la maison. Et, parce qu’en l'agonie de l'année vieille tout est pardonné, ils échangent des cadeaux et de compliments.

 

La faux femme de le groupe de abondance (la «tante vieille», de blouse de estampe de indienne et du rosaire de châtaignes grillées par le cou) viens à dire adieu à la dame de la maison, tandis que le chef de famille ai le droit de lancer une fusée, pour emporter la bonne chance a la nouvelle année.

 

À une heure et demie dans l'après-midi, il y a la messe. Le profane cède la place au sacré, le pipeau sonne comme un «Ilhaço» (chanson) divine, dans une place sainte. Les danseurs du bâton dance, à temps de l'offertoire.

 

Après la procession autour de l'église, le rituel du mélange entre le sacré et le profane est remplie là, en face de la croisière, avec le «carocho» el la «tante vieille» à essayer des gestes d'accouplement.

 

Tout est seulement une scène de Carnaval d'Hiver (un rite du solstice) à Constantim, dans les terres de Miranda. Et comme dit le proverbe, «ne Antruido fázen uas macadas que a la giente dá-le ua risa mui grande» (dans le carnaval ils faire des plaisanteries qui nous donne un grand éclat de rire).

 

 

 

 

L'HISTOIRE DE FÁBIA

Les femmes de Constantim sont doués. Julia est spécialisé dans les haricots et Felisbina Rosa en thés. Fábia do Nascimento Gonçalves (agée de 78 ans) est déjà allée à la télévision: sa spécialité c'est les gateaux.

Elle était déjà enceinte quand elle est devenue veuve après six mois de mariage. Son mari est mort dans un lancement de fusée lors d’une fête. Dans les fêtes de S. Jean l'Evangéliste elle accepte les lupins et les olives, elle paye une danse en face de sa maison, mais elle ne veut pas de fusée comme l'exige la tradition. Elle a élevé son fils toute seule. Beaucoup d'hommesse sont insinués, mais elle n'a jamais voulu savoir de quelqu'un d'autre: on dit qu'elle est la veuve la plus honnête de son village. Presque toute une vie vêtue de noir.

Petit village de Constantim

MIRANDA DO DOURO

 

'CARETOS'

Carnaval de Podence, Macedo de Cavaleiros

 

 

Carnaval, Mars de 2011. En Podence, à peu miles de Macedo de Cavaleiros, s’remplie les Saturnales romaines — les célébrations en l'honneur de Saturne, le dieu des semailles. Les diables font ces derrières méchancetés avant le Carême: avec des masques de cuir ou de fer-blanc, ils port de couvre-lits à franges de laine ou de lin, avec une série de cloches autour de ses tailles et baudriers de clochettes, le «Caretos» traverse le village dans étrangères incursions, en poursuite de les filles célibataires. Le parti s'est transformé aujourd’hui en un produit touristique, ouvert à cornemuseurs et «gigantones», les stands de nourriture et de boisson et à les promenades d'âne. Il y a, cependant, dans l'atmosphère rurale, la convoitise des hochets lancé contre les hanches des femmes les moins préparés, et les «Facanitos» — jeunes pré pubères qui portent les mêmes vêtements et qui promettent continuer la tradition.

Petit village de Podence

MACEDO DE CAVALEIROS

 

FÊTE DES ANCIENNES

Bruçó, Mogadouro

 

 

Les adolescents portent de grandes vessies de porc attachés sur le bout des bâtons, pour provoquer leurs aînés. De l’défi résulte les longue chasses qui termine avec chauffée différends entre nouveaux et anciens, un rite de passage à l'âge adulte.

Dans sa tournée pour le village, le «Soldat» offre et protège «Sécia» (la femme qui apporte une poupée dans ses bras), et aux les railleries de la population — «Marie, allez au lit avec tous, voyou!» — Il répond à coups forts de la ceinture, pour défendre son honneur.

Le couple d’Anciennes qui compose les quatre figures de la procession, devrait être respecté. Avec leur cannes, ils nettoyé les rues de les vessies qui sont resté de la violence des affrontements.

La fête, répétée chaque année le Jour de Noël, se termine avec la distribution des offrandes reçus, à l'autel de Notre-Dame.

Petit village de Bruçó

MOGADOURO

 

 

FÊTE DE L'ENFANT-JÉSUS (ou de «FARANDULO»)

Tó, Mogadouro

 

 

Il est sept heures trente du matin. Le «Farandulo» (diable) est en cavale et fait un premier tour dans le village, à la recherche de filles célibataires. Il ressemble un roi noir, avec une couronne noire et blanc sur sa tête, un habit gris à l'envers, une jupe long et foncé, une chaîne de chariots à la ligne vides dans le cou et à la main, un bâton fourchu pour ramasser les saucisses dans les maisons où il peut pénétrer. «Sécia» se habille de mariée, avec manteau blanc dentelle à la tête et par la main un bouquet de bonbons avec une mandarine sur le sommet. Dans les plusieurs tentatives jusqu'au moment de la messe, c'est le «Jeune» qui la défende de la cupidité et de la convoitise de «Farandulo»... Le «Majordome» et les hommes des tambours (cornemuse, le tambour et la boîte) constituent le groupe de fêtards.

Petit village de Tó

MOGADOURO

 

PHOTOGRAPHIE

GENS DE MIRANDA DO DOURO

"Miranda est mon village"

 

 

Constantim, Póvoa, Ifanes, Especioza, Genísio et autres petits villages au retour de la ville de Miranda du Douro sont connus par leurs traditions séculaires: le culte religieux et de fête, l'artisanat, petites cultures de subsistance, le bétail bovin, les ânes...

 

«En tricotant des chaussettes ou des napperons

Par des après-midi ensoleillés, tranquilles

Et qui sait, si parfois

L’on  parlait de la vie d’autrui.»

 

Chants traditionnels recueillis par

JOSÉ FRANCISCO FERNANDES

«Miranda Yê La Mie Tiêrra» (1998)

 

 

 

AUTRES HISTOIRES

PORTRAITS ET TRANSFIGURATIONS

HISTOIRES DU SACRÉ ET DU PROFANE

LES PAUVRES N'ONT PAS LA FOI

VILLAGES DU MONTESINHO

BARROSO I: MARIA MALTA & FELICIDADE COELHO

BEIRAS: ROMANCE D'UNE HOMME RICHE

 

TOUTES LES HISTOIRES